La pénurie d’eau guette le Maroc : Halte au gaspillage !

stress hydrique au maroc

Nous l’avons vu ces derniers jours, voire même ces dernières semaines, la pluie est de retour dans le ciel et sur le sol marocain. Pour autant, cela ne suffit pas à préserver le pays du manque d’eau. C’est aussi ce que révèle un rapport du Haut-Commissariat marocain aux Eaux et Forêts et à la lutte contre la désertification !

Du « manque » à la « rareté » : Tirons la sonnette d’alarme !

Alarmant ! Voilà le qualificatif qui colle parfaitement au rapport du Haut-Commissariat marocain aux Eaux et Forêts et à la lutte contre la désertification qui vient d’être présenté lors de l’examen du budget de l’instance en commission à la Chambre des représentants. Et d’ailleurs, Abdelhadhim El Hafi, le Haut-commissaire, a tiré la sonnette d’alarme face à la grave détérioration des réserves des nappes phréatiques du pays, particulièrement dans la région du Souss.

Ainsi, selon ce document, le Maroc vient de passer du statut de pays en « manque » d’eau, à la « rareté » de ce bien. « A l’horizon 2020, la part d’eau pour chaque citoyen sera réduite de 49% » dit le document (c’est énorme !), ce qui signifie que le citoyen marocain n’aura qu’un peu moins de 400 m3 d’eau au cours des huit prochaines années ! Il faudrait alors largement réviser nos habitudes de vie !

De nouvelles habitudes à prendre

stress_hydrique_illustration_maroc

Les raisons de cette eau « rare » au Maroc, selon le rapport du Haut-Commissariat marocain aux Eaux et Forêts et à la lutte contre la désertification ? Des nappes phréatiques dont la qualité se détériore, la perte de dizaines de millions de m3 à cause du remplissage de plusieurs barrages par la boue et la mauvaise gestion des eaux, un stress hydrique inhérent au pays, et des techniques non encore toutes maîtrisées pour l’exploitation de l’eau.

Pour exemple, les précipitations apportent annuellement un volume évalué à 150 milliards de m3, dont 80% s’évaporent et 20% ruissellent et s’infiltrent. Seuls 30 milliards de m3 peuvent être considérées comme ressources nationales en eau, et sur la base des technologies maîtrisées et les conditions économiques actuelles, il semble que seulement 21 milliards de m3 peuvent être vraisemblablement mobilisées. Une perte incroyable.

L’effort doit être mis sur la recherche encore plus poussée de solutions dans le domaine, et du côté du citoyen, il va falloir revoir nos comportements : fermer les robinets, réduire les bains, ne pas gaspiller autant d’eau pour l’arrosage des rues ou encore le lavage des voitures !

Ecrit par Blaneeadmin le 20 Novembre 2012.
Catégories: Actualités, Communiqué de Presse, CP Maroc
  • http://www.facebook.com/rashyd.dadinho Rashyd Dadinho

    le problème  c’est que tout le monde s’en fou et persiste à être égoïste. Que Dieu nous guide ! 

  • http://www.facebook.com/el.a.sami.9 El Alami Sami

    Oui enfin je sais meme pas si la majorité de la population est au courant …