Les médecins du secteur public, interdits d’exercer dans le privé

illustration clinique

Voilà une annonce qui alimente les débats, les anime et fait écho dans tout le domaine médical au Maroc ce matin…

Des sanctions à l’appui et une mesure irréversible

En effet, jeudi à Rabat à la sortie du Conseil de gouvernement, le ministre de la Santé El Hossein El Ouardi a annoncé que « le gouvernement avait décidé d’interdire aux médecins du secteur public d’exercer dans le secteur privé ». Une nouvelle de taille, qui a vite fait le tour du domaine, de ses professionnels, de ses lieux, et qui alimente aujourd’hui les conversations. De plus, a ajouté le ministre, les médecins ou les cliniques privées qui ne respecteront pas cette décision seront sanctionnés.

Il a également indiqué que des commissions d’inspection veilleront, à partir des trois semaines qui suivront, au suivi de la mise en œuvre de cette décision politique qui a été qualifiée « d’irréversible ».

Conformément à la loi en vigueur, dont le fameux article 57

El Hossein El Ouardi ministre de la santé

Lors du point de presse qui a été l’occasion de cette annonce de l’interdiction des médecins du secteur public à exercer dorénavant dans le privé, il a été souligné que cette décision avait été prise « conformément à la loi en vigueur dont l’article 57 interdit aux médecins d’exercer au même temps dans le secteur public et le secteur privé ». Cette décision intervient dans le but de « valoriser les ressources humaines exerçant dans le secteur public à même de répondre, entre autres, aux besoins des citoyens en terme de prestations médicales », a expliqué Monsieur le Ministre.

A cette nouvelle, s’est ajouté celle de l’annonce de la décision prise par le ministère d’activer la « réduction immédiate » de plus de 50% sur les prix d’environ 320 médicaments de certaines maladies chroniques.

Ecrit par Blaneeadmin le 9 Novembre 2012.
Catégories: Actualités, Communiqué de Presse, CP Maroc