Des musiques soufies ou gnaouas pour des nuits de Ramadan !

LES NUITS DU RAMADAN 2012 VISUEL OFFICIEL

Le moins que l’on puisse dire, à Casablanca mais aussi dans des villes de tailles bien plus moyennes, c’est que d’années en années, la programmation artistiques des nuits et veillées durant le mois de Ramadan se développent à vue d’œil. Ce ne sera pas pour nous déplaire…

La Fondation ONA nous fait découvrir la Taifa Aissawya de Rabat…

Ainsi, comme de coutume, nous vous avons sélectionné deux idées sorties en ces soirées de Ramadan. Le blog de Blanee vous propose ainsi le vendredi 10 août à 22h une soirée soufie, organisée par la Fondation ONA à la Villa des arts de Rabat. Celle-ci accueillera pour ce faire la Taifa Aissawya de Rabat. L’entrée est proposée au tarif, modique, de 50 Dh. Pour ceux qui ne connaitraient pas cette Taifa, sachez que la Taifa Aissawya de Rabat a été créée en 1989 par Driss Moutawakil.

«Elle est reconnue grâce à son engagement spirituel et culturel afin de préserver ce noble héritage» expliquent les organisateurs. Elle a d’ailleurs participé à un grand nombre de manifestations et de festivals au niveau national et international. Un ensemble à écouter, pour découvrir ou redécouvrir les traditions musicales soufies faites de messages de spiritualité, d’amour et de paix universelle.

L’Institut français au Maroc nous invite à écouter de la musique gnaoua, en spectacle…

Taifa Aissawya

Du côté des « Nuits du Ramadan », rendez-vous nocturne annuel en ce mois sacré, l’Institut français au Maroc avec de multiples partenaires organise quant à lui de nombreux concerts et animations. Nous vous avions parlé il y a quelques de la programmation complète de l’évènement… Voici aujourd’hui une piqûre de rappel et un « zoom » sur des artistes à ne pas manquer !

Il s’agit de ceux formant le groupe Koyo Gogohoun Express, composé de musiciens venus du Bénin, du Maroc et d’Algérie, qui ont travaillé ensemble dans le cadre d’une résidence artistique. Ils se produiront ce soir, vendredi 3 août, à 22h dans le Jardin Mohamed Abdou, en face de l’Institut français de Casablanca. Leur spectacle trouve ses racines dans l’histoire de la musique gnawi, où le rythme des « Koyos » fusionne ensuite avec la danse traditionnelle béninoise : le « Gogohoun ». Le tout saupoudré d’une touche de modernité apportée par la guitare et le clavier venus d’Algérie. Ça promet ! Pour ne rien gâcher, c’est gratuit. Venez nombreux !

Ecrit par Blaneeadmin le 3 Août 2012.
Catégories: Actualités, Communiqué de Presse, CP Maroc