Neuf personnes arrêtées jeudi dans la cadre du démantèlement d’une « cellule terroriste »

illustration image sureté nationale

La nouvelle a fait mouche dès qu’elle est tombée via des dépêches d’agences de presse, rapidement reprises par un grand nombre de sites et portails d’informations…

En vue de «préparer des attaques contre les autorités publiques»

Et pour causes, le ministère de l’Intérieur a annoncé hier, jeudi 1er novembre, qu’il venait d’arrêter neuf membres d’une « cellule terroriste » qui « élaborait un camp d’entrainement dans la région montagneuse du Rif afin de préparer des attaques contre les autorités publiques ».

Selon la même source, les membres de cette cellule prévoyaient de fabriquer des explosifs et entendaient « commettre des vols dans des locaux commerciaux à Salé afin de financer leurs projets criminels ». Les personnes arrêtées, l’ont d’ailleurs été alors qu’elles avaient « dressé un faux barrage de sécurité près de la ville d’Ouazzane » et tentaient « de mettre la main sur des marchandises appartenant à un contrebandier actif dans la région », ajoute le ministère de l’Intérieur.

Deux arrestations avaient déjà eu lieu le 17 octobre dernier

image illustration montagne de la région du rif

Pour rappel, le 17 octobre dernier, une arrestation avait déjà eu lieu suite à une enquête. Ainsi, l’arrestation d’hier et l’opération dans le cadre de laquelle elle a été lancée, fait suite à l’arrestation du 17 octobre dernier où deux personnes sont accusées d’avoir préparé le meurtre d’une voyante à Salé.

Les autorités avaient alors parlé de deux militants salafistes. Les arrestations d’octobre avaient déjà permis la saisie « de deux coutelas, de deux cagoules, de deux cordes (…), de deux gilets, d’une torche à main et d’outils facilitant l’exécution d’actes criminels, en plus d’étendards noirs symboles de l’organisation Al-Qaïda », rappelle le communiqué du ministère de l’Intérieur. Parmi les personnes interpellées hier, cinq ont été placées en détention provisoire et les quatre autres sont toujours en garde à vue « pour complément d’enquête », a précisé le ministère dans un communiqué de presse cité par l’agence MAP.

Ecrit par Blaneeadmin le 2 Novembre 2012.
Catégories: Actualités, Communiqué de Presse, CP Maroc