La pièce de théâtre « 180° », en tournée à Mohammedia et Agadir

180 degrès

Avis aux amoureux de théâtre, si vous n’avez pas encore assisté à une représentation de la pièce « 180° » de la Compagnie du Dabateatr de Driss Ksikes, il est grand temps de s’y mettre ! En prime, plusieurs chances de vous rattraper vous sont offertes à Mohammedia et Agadir en ce mois de décembre ! Et puis, aucune excuse, l’entrée est gratuite sous invitation à retirer sur place !

La pièce théâtrale « 180° » en tournée : Une success story !

En effet, la célèbre pièce de théâtre, « 180° », de la Compagnie Dabateatr part en tournée. Après avoir été présentée dans plusieurs villes marocaines et étrangères entrainant toujours autant d’enthousiasme, la compagnie donne rendez-vous à son public à Mohammedia les 15 et 16 décembre au théâtre de la ville, ainsi que les 23 et 24 décembre prochains au Complexe Culturel Jamal Addorra d’Agadir. Toutes ces représentations seront données à 20h. Pour rappel, la pièce « 180° » est écrite par Driss Ksikes et mise en scène par Jaouad Essounani. La tournée, quant à elle, est organisée en partenariat avec l’INDH, la ville de Mohammedia, l’Institut Français de Rabat, le Ministère de la Culture et le Théâtre Mohamed V.

La pièce théâtrale « 180° » en tournée : D’être et de paraître, de stéréotypes et de démystification…

COMPAGNIE DABATEATR

« 180° » est la deuxième collaboration de Driss Ksikes avec Jaouad Essounani, après « Il/Houwa » qui avait également été un succès. Si la soumission était au cœur de leur première collaboration, c’est aujourd’hui le rapport au corps, dans toute sa négation et sa surexposition, qu’interroge « 180° ». Il y est question de l’être et du paraître, de stéréotypes et de démystification. « 180° », c’est une « plateforme circulaire et tournante, de 7 mètres de diamètre. À l’intérieur, quatre paires qui ne se rencontrent jamais. Au centre de la scène comme au cœur de la pièce, l’histoire de A et Z. Le premier est un homme, photographe libertaire, qui tente de voir à travers Z, la femme à la Burqa, autre chose que son être de tissu. En essayant de figer le moment, A est remué par ce qu’il sonde en Z, âme mouvante et émouvante qui se dévoile sans se déshabiller. Cette relation hybride, mère de confidences et de questionnements existentiels, nourrit tous les commérages à la ronde. Ceux de K et H, frère et sœur désunis, de W et Y, ouvrières, l’une ex-prostituée et l’autre héritière ; et de M et N, mari et femme tristement rangés. Empêtrés dans leurs contradictions, ce sont leurs histoires et leurs solitudes qui se déclarent dans celles d’A et Z. ». A voir d’urgence !

Ecrit par Blaneeadmin le 14 Décembre 2011.
Catégories: Actualités, Communiqué de Presse, CP Maroc