Le réalisateur Nabil Ayouch propose ses œuvres photographiques à la Galerie 38 de Casablanca !

nabil ayouch image1
Vous aimez la photographie… Mais aussi découvrir des thématiques d’actualité et du quotidien traitées sous l’angle de l’art photographique… Alors ne manquez pas l’exposition que bientôt la Galerie 38 de Casablanca !

Une exposition intitulée «En marge»

Située au cœur de l’école d’arts du Studio des Arts Vivants de Casablanca, la Galerie 38 propose ainsi à partir du 19 mars prochain une exposition qui vous touchera, c’est certain ! En effet, il s’agit de la toute première exposition de l’artiste et réalisateur Nabil Ayouch au sein de ce lieu. Intitulée « En marge », elle restera ouverte au public jusqu’au 19 avril prochain et propose certains des clichés du cinéaste qui ont d’ores et déjà été montrés au sein du musée du Louvre de Paris, lors de la carte blanche de l’artiste, en novembre 2014. Au Maroc, il s’agit donc d’une première ! Ainsi, le réalisateur troque ici sa caméra contre un appareil photo afin de prolonger un travail sur un thème qui le passionne depuis des années : la vie des marginaux qui peuplent les rues casablancaises.

Une réalité capturée sur le vif !

nabil ayouch image2
Cette exposition qui ne peut laisser insensible propose ainsi une réalité de vie capturée sur le vif ! Comme l’explique le communiqué de presse officiel des organisateurs, il s’agit d’une plongée troublante dans un Casablanca que l’on connaît peu qui s’est faite pendant le Ramadan 2013. Lors de cette heure particulière qui précède et suit le ftour, Nabil Ayouch a capté l’attente, telle qu’elle s’exprime, sous toutes ses formes, au cœur de l’âme humaine ». Une exposition qui ravira, fera réfléchir, perturbera, enthousiasmera, c’est certain. D’ores et déjà, des hommes de Lettres ont commenté ces œuvres qui vous sont proposées à la Galerie 38 de Casablanca et qui s’expriment ces mots : « Ce n’est pas du rêve qu’on demande. Ce n’est pas de la curiosité, ni de la pitié qu’on veut voir naitre. Simplement la vérité, comme une vengeance.

L’espoir, si cela se peut. Ou bien la vie, la commune vie » selon J.M.G Le Clézio, Prix Nobel de littérature ; et pour Tahar Benjelloun, Prix Goncourt, « Nabil Ayouch a choisi de capter des visages et des attitudes, des gestes et des rêves, des humeurs et de la fantaisie. Cette enfance des rues, il la connaît bien pour l’avoir magistralement filmée dans Ali Zaoua. Mais là il y a d’autres visages, d’autres corps blessés par la vie, par le cynisme des hommes, par un destin fourbu, mal entamé, mal bricolé. (…) Eux aussi ont quelque chose à nous dire ou plutôt à nous montrer : la douleur du vivre ». A découvrir sans faute !

Galerie 38
Adresse : Studio des Arts Vivants: 38, route d’Azemmour, Casablanca

Ecrit par Blaneeadmin le 18 Mars 2015.
Catégories: Sorties et événements à Casablanca