A la rencontre d’Ali Benmakhlouf dans les Villas des arts de Rabat et Casablanca !

Photo Ali Benmakhlouf

Vous résidez ou êtes souvent de passage dans les capitales, administrative, à savoir Rabat, et économique, Casablanca, du pays… Vous aimez la philosophie, alors des rencontres dans ces deux villes peuvent vous captiver. Prenez note !

De la démonstration à la poésie…

En effet, la Fondation ONA organise dans ses villas des arts de Rabat et Casablanca, un cycle de conférences philosophiques avec Ali Benmakhlouf, professeur des universités à l’université Paris-Est Val de Marne, à Créteil, président du comité d’éthique et de déontologie de l’Institut de recherches pour le développement, et membre de la société française de philosophie et membre de l’Institut international de philosophie, entre autres.

La première conférence qu’il animera portera sur « Al Fârâbî, de la démonstration à la poésie». Elle se tiendra le jeudi 29 novembre à 18h30 à Rabat et le vendredi 30 novembre à 19h à Casablanca. Pour ne rien gâcher, l’entrée est libre. Pour rappel, «la logique est pour Al Fârâbî un art de penser qui se rapporte aussi bien à la démonstration qu’aux produits de l’imagination. L’enjeu est de pouvoir reconnaître dans une image un raccourci de raisonnement et dans la démonstration l’élégance d’une pensée».

La philosophie comme éveil au monde !

REPRESENTATION DE IBN TUFAYL

La seconde de ces conférences, organisée par la Fondation ONA, dans ses villas des arts porte sur «Ibn Tufayl, la philosophie comme éveil au monde». Elle aura lieu le jeudi 27 décembre à 18h30 à la Villa des Arts de Rabat et le vendredi 28 décembre à 19h à la Villa des Arts de Casablanca. A travers un conte philosophique, Ibn Tufayl construit la fiction d’un enfant retrouvé sur une île et élevé par un animal, une biche.

La description des étapes de son développement se fait selon la seule nature. «Dans ce conte, Ibn Tufayl construit un lien entre l’insularité et l’utopie ; c’est bien un regard extérieur sur la société qui permet de l’étudier en toute objectivité. L’utopie de ce conte n’est pas une façon de contraindre les hommes à vivre comme Hayy, mais de leur donner un instrument de mesure pour apprécier leurs activités quotidiennes» expliquent les organisateurs. Deux temps forts de cette fin d’année en matière de philosophie ! Avis aux amateurs et amatrices !

Ecrit par Blaneeadmin le 29 Novembre 2012.
Catégories: Événements