Interview avec Abdellatif Chaouqi : Acteur et musicien

De nature plutôt discrète et disciplinée, Abdellatif Chaouqi est une star montante du cinéma marocain. Nous avons rencontré cet artiste caméléon qui a plusieurs cordes à son arc :

Abdellatif Chaouki

1. Parlez-nous de vous et de votre parcours…

Abdellatif Chaouqi, 37 ans, originaire de Beni Mellal.

Ma formation d’acteur s’est forgée sur les planches du théâtre universitaire à Marrakech. Après une longue période d’exercice de théâtre, j’ai enfin décidé de me mettre devant la caméra.


2. Quels sont vos travaux, téléfilms, films et feuilletons confondus ?

En longs métrages : Destins croisés (avec Driss Chouika), Pegase (avec Mohamed Mouftakir), Châtiment (avec Hicham Aynalhayat) et Agadir Bombay (avec Meryem Bakir) ;

En nouveaux longs métrages, tournés mais pas encore sortis : Zéro (avec Noureddine Lakhmari), Femme écrite (avec Lahcen Zinoun) et Malak (avec Abdeslam Laklai)

En téléfilms, les sortis sont: Les 5 Saisons (avec Sanae Akroud), La Cible (avec Ibrahim Chkiri), Agadir Underground (avec Yassine Fennane), Le Brave (avec Yassine Fennane également) et Aatato Lyam (avec Chaouki El Oufir)

Les téléfilms tournés et non encore sortis : Les trois filles (avec Driss Chouika), Almajli (avec Said Bentachfine), Ard jmou3 (avec Abdrahim Majd) Et un feuilleront fantaisiste Al Gharib, avec Layla Triki, dont la sortie est prévue pour octobre prochain.

3. On vous reconnaît des talents en musique également…

En effet, la musique et la danse occupent une importante place dans ma vie artistique.

J’ai formé mon premier groupe de rock à Beni Mellal en parallèle avec mes activités théâtrales (où j’étais le chorégraphe). On l’avait appelé « Beni Brothers Band », et j’étais le chanteur du groupe. A l’époque on jouait des morceaux qui nous marquaient : Elvis Presley, Santana, Beatles, Rolling Stones, The Doors, Jerry Lee Lewis, Erci Clapton…

En ce moment j’ai un groupe d’interprétation, « The Waves » ou je joue de la guitare, du piano et parfois même je chante (Rires !) On se produisait un peu partout à Marrakech : Montecristo, Pacha, Afric’n’Chic, Jad Mahal etc. Aujourd’hui, avec mes tournages, je ne peux plus m’engager avec des clubs pour des questions d’organisation, mais des soirées privées de temps à autre on en fait !

Abdellatif Chaouki

4. Entre le théâtre, le cinéma et la télé, qu’est ce que vous préférez ?

Le théâtre et le cinéma en premiers rangs. Le théâtre est un exercice instantané, tu donnes ce que tu as le temps d’une présentation, c’est direct, le trac et l’adrénaline en face du public : Une réelle émotion à vivre !

Le cinéma, en revanche, permet une plus grande liberté artistique et esthétique.

Quant à la télé, cela vient après. Cependant, il ne faut oublier que la télévision a un point fort : la reconnaissance du grand public. Un projet a la télé peut s’avérer intéressant si la production, le réalisateur et le scénario fusionnent pour acheminer vers un le but artistique souhaité

5. Si vous aviez à changer de carrière, quel métier choisiriez vous ?

(Rires !) Je serai sans doute qlqu’un qui adore l’art, quoi ? Je n’en sais rien.

6. Aimez-vous la vie à Marrakech ?

Je me suis installé à Marrakech depuis l’époque de mes études universitaires. Depuis c’était le coup de foudre. La vie a changé depuis le temps à Marrakech, mais c’est toujours une ville sublime. Malheureusement avec mes déplacements pour les tournages, j’y passe de moins en moins de temps.

Interview réalisée par Imane Altarès & publiée le 29 Mai 2011.

Ecrit par Blaneeadmin le 29 Mai 2011.
Catégories: Autres (Marrakech)
  • abouhafs

    Bonsoir Abdellatif, tout ce que je souhaite à mon cousin, c’est une carrière pleine de rebondissements et de réussite. Bon courage et bonne continuation, mes salutations les plus sincères. Hassan ABOUHAFS