Il était une fois… un riad à Marrakech

Riad Marrakech

L’histoire des riads date du Maroc d’antan, où le mode de vie, les mœurs et les coutumes furent encore jalousement conservées.
Les riads à Marrakech, comme un peu partout dans toutes les villes impériales du Royaume, reflètent un art de vivre qui a distingué les habitants de ces quartiers encore entourés de remparts, dans une logique protectionniste dans un premier temps.
Préservation des us et coutumes, logique conservatrice, inspiration mauresque et autres facteurs ont contribué à donner aux riads de la ville ocre (et d’ailleurs) cet aspect architectural qui s’imprègne autant de l’histoire du Maroc que de l’aspect socio-culturel de son peuple. Laissons-nous bercer par ce que nous murmurent ces riads quant à leurs symboliques, empruntes et autres secrets.

Riad… Nomenclature qui en dit long

Le Riad, dans sa connotation linguistique arabe, signifie le pluriel du « paradis » (dont le singulier est Ryad). Il symbolise concrètement la beauté des jardins que l’on assimile à celle du paradis.
Cette appellation se justifie par la beauté des grandes habitations, disposant souvent d’un grand jardin ou d’une riche arborescence dans le patio. Certains anthropologues expliquent cette appellation par l’aspiration de vivre dans un paradis dans l’au-delà, représentation majeure de la vie après la mort aussi bien chez les musulmans (Janna) que chez les juifs (gan).
L’architecture de tout riad s’articule autour d’un patio généralement arboré et centré par une fontaine qui coule sans arrêt.
On raconte que ces grandes maisons sont appelées “riad” parce qu’on y trouve tous les éléments naturels du paradis : la terre qui crée l’arborescence ; la verdure qui rafraîchit la maison et produit des fruits, l’eau qui jaillit de la fontaine centrale, l’air qui circule dans la spacieuse cour, et enfin le ciel qui s’offre à tout le monde.

Un art de vivre inspiré du cadre socio-culturel de l’époque

Riad Marrakech

Tout riad correspond à un modèle architectural essentiellement mauresque, distingué par l’organisation quadruplée autour du patio qui se décline en alcôves, étages et parfois même aires distinguées. Cette structure s’inspire du style hispano-andalou dont les dynasties qui se sont succédées sur le Maroc ont marqué l’essor.
Jadis, les femmes ne sortaient point de leurs maisons. Il convenait donc que le riad n’ait aucune fenêtre sur la ruelle du quartier, et le seul espace qui s’y offre pour l’aération soit celui patio. Ainsi, le seul contact que le riad partageait avec la ruelle, mis à part les ternes murs discrets, était la grande portière, symbole de préservation de l’intimité des habitants.
La présence d’une fontaine centrale au cœur du patio est souvent justifiée par les historiens par la nécessité de faire les différentes ablutions à plusieurs moments de la journée (les 5 prières musulmanes et les 3 prières juives).

Ecrit par Blaneeadmin le 25 Avril 2011.
Catégories: Hôtels et hébergement à Marrakech
  • Kaouskouza

    Merci de ces explications fortes intéressantes ! J’y ai appris le singulier et le pluriel du mot ! merci encore, continuez ! Bonne route !